Non classé

Le Rock à Madagascar : Synthèse des évolutions historiques depuis les années 50 à nos jours

Si l’histoire du rock a été déjà institutionnalisée dans les pays anglo-saxons, elle demeure un objet d’étude mineur à Madagascar. Toutefois, les travaux de valeur réalisés par les historiens étrangers à l’image de Didier Mauro (Rock in Madagascar, 2015), et des musicologues et journalistes malgaches tels que Randy Donny et Anjara Rasoanaivo (Le rock à Madagascar, 2015) permettent de remonter dans le temps afin de comprendre les évolutions historiques de ce courant musical au pays. S’ajoutent à cela les discussions menées avec les artistes (Vahombey) et le public ayant permis de recueillir des éclaircissements par rapport aux origines et à l’épopée du rock malgache. Pleins phares.

Publicités
Joab-Obmar-moshpit-madagascar
annees2010

« Tsy misy ohatr’izany » – John Oabmar

John Oabmar s’inscrit dans le courant du rock alternatif. L’auteur-compositeur se revendiquant indé réside actuellement à Paris depuis laquelle il diffuse des balades n’étant pas sans faire écho dans l’univers de la pop et du rock à Madagascar. En 2012, son titre « Tsy misy ohatr’izany » occupe pendant trois semaines la première place du Dago Chart sur la Radio des Jeunes – Antananarivo.

inge-son-moshpit-madagascar
Non classé

Ne soyons pas des connards, respectons les ingés son !

A chaque show, les techniciens se plient en quatre pour assurer la qualité du concert. De l’accueil au réglage de notre son, en passant par l’installation de nos plateaux, ces bonhommes de l’ombre s’investissent à fond dans leur travail pour garantir une expérience acoustique et visuelle de qualité. Ne serait-ce donc pas une obligation, sinon un devoir, de leur témoigner du respect ? Sans conteste, oui !